En approche

Haut dans le ciel, Allir volait parmi les nuages, enivré par leur légèreté, leur omniprésence. Au gré des battements d’ailes de Voliette, il chevauchait ce paysage infini où la terre se perdait en contrebas. Hors d’atteinte de ses habitants, de ses conflits, de ses plus infimes tracas, il vivait et savourait l’instant. Seul le lien entre la dragonne et son dragonnier demeurait. Et bien sûr, leur destination prochaine.

Heureux du voyage et de la perspective de richesses, Allir se frotta les mains, les lèvres largement étirées par un sourire. Se redressant, il attrapa sa boussole au vol. Épaisse d’un pouce, elle comprenait plusieurs engrenages qui dépassaient sur les côtés, et un clapet composé de multiples disques transparents. La tête basse à cause du manque de hauteur de son habitacle, l’autoproclamé archilleur se positionna face au soleil et ouvrit délicatement son instrument. Ses doigts dégagèrent chaque lentille, les placèrent de manière à illuminer les points-clés du cadran, puis s’affairèrent sur les mécanismes. Ce système lui révélait à quelques centaines de pieds près son altitude, tout en permettant de vérifier son cap. Il n’égalait certes pas la boussole magique d’Arnaér Rèanra, qui vous guidait d’une sphère lumineuse, mais il s’en contentait. Il s’amusait même du semblant de difficulté qu’imposait son outil. Sans compter qu’il l’avait déniché lors de ses fouilles.

Satisfait des informations recueillies, Allir rangea son compas. La vue qui s’offrit alors à lui l’enchanta. Loin d’être lassé par ses innombrables heures de vol, l’archilleur s’émerveillait continuellement devant les tableaux peints par le ciel. Vision souvent étrangère à ceux ayant toujours vécus au sol, Voliette se mouvait en cet instant entre deux couches de nuages. En dessous d’Allir, une première mer d’albâtre couvrait presque l’intégralité de la chaîne de montagnes qu’ils dépassaient. Celle-ci se présentait aux yeux de tous. La seconde, cependant, n’appartenait qu’aux oiseaux et aux dragons. Au-dessus d’eux, un tapis moutonneux et boursouflé les séparait du bleu infini. Il semblait à Allir qu’un deuxième ciel naissait après cette nouvelle frontière. En ce cas, où se trouvait-il ? Perdu à la limite de deux mondes, ou aux portes d’un univers étranger ?

Entre les pouvoirs offerts par les artefacts magiques qui ne cessaient de progresser et la technologie cachée dans les cités volantes, les possibilités se multipliaient constamment. Allir lui-même appartenait aux rares êtres vivant en communion avec un dragon.

Une vibration parcouru son corps, éveilla son esprit. Loin de pouvoir communiquer clairement, Voliette et lui parvenaient à partager des émotions, des envies, parfois des craintes ou des idées. Il comprit donc très vite que leur destination se profilait, sans avoir besoin de s’en assurer.

En toute confiance, il s’installa dans son fauteuil et s’attacha, paré à la manœuvre. À son tour, il signala à Voliette la fin de ses préparatifs. Rapidement, le dragon vira sur le côté et fendit les nuages. Des couches successives blanches, parfois légèrement grisées, les entourèrent, les perdant dans un monde de solitude, pour les recracher dans la lumière du soleil et le bleu de l’horizon.

Non loin les attendait une cité, errant dans le ciel


suivant2
 

4 réflexions au sujet de « En approche »

IsabelPublié le  6:24 - Fév 21, 2019

Super, très poétique, on sent que des belles aventures attendent nos 2 amis ! Et on a hâte d’être à mercredi prochain pour la suite !
Très belle écriture, beaucoup aimé !
Merci !

Isabelle GEORGELINPublié le  8:10 - Fév 22, 2019

Et bien maintenant je sais ce que je vais lire le mercredi! J’attends avec impatience la suite des aventures de ces deux âmes qui semblent bien connectées à la haute-magie!

n'hésitez pas à laisser un commentaire