Gagner la guerre

L’intrigue :

gagner_la_guerre_Folio_SF

chez Folio SF

La guerre s’achève, la république de Ciudalia en sort vainqueur. Désormais, il est temps pour les nobles de partager le butin et de sortir leur épingle du jeu. Cartes en main, le seigneur Leonide Ducatore a placé l’un de ses atouts sur la table, le peu scrupuleux don Benvenuto. Assassin de la guilde des Chuchoteurs, il est amené à exécuter les coups les plus retords de son maître.

 

Mon avis :

 

Suivre un personnage comme don Benvenuto est un vrai changement. « Peu scrupuleux » était, je pense, le bon choix de mots pour le décrire. C’est un truand et il le sait. Le crime, les combats de rue, la décadence sont les piliers de sa vie et il se complaît dans cette noirceur. Pourtant, il tient à sa vie. Elle est ce qu’elle est, mais elle mérite d’exister. Voilà précisément l’étrange mélange qui donne tout son intérêt à don Benvenuto. C’est un personnage vivant, avec son passé assumé, et ses aspirations simples.

Moi qui aime les descriptions, j’ai été servi. Peut-être un peu trop. Vous verrez, l’explication est contradictoire. Je trouve que l’histoire met un certain temps avant de se lancer. Par exemple, lorsque le héros rentre dans une pièce, il détaille chaque élément qui la compose, du reflet du plancher à la brise légère qui fait onduler nonchalamment le fin rideau. Pourtant, c’est cette longueur et cette précision des scènes qui nous fait vivre la mer dans la première scène, c’est cette finesse des détails qui nous donne ce goût d’Italie à notre arrivée à Ciudalia.

Le décor fait partie intégrante du charme de « Gagner la guerre ». L’auteur nous éloigne des ternes châteaux médiévaux pour nous promener dans les blanches ruelles où le parfum de la mer vient se perdre. Hors des murs, vous n’aurez qu’à tendre le bras pour cueillir des olives. Plutôt attiré par les pays nordiques, je me suis tout de même mis à rêver d’un lieu tel qu’il est présenté.

En définitive, « Gagner la guerre » est vraiment un livre que je recommande. Tant par la présence de son héros, la beauté de ses décors enchanteurs et dépaysants, ses intrigues qui s’emmêlent et s’entrecroisent et sa touche de fantasy, ce livre accroche par bien des aspects.

À ne pas rater.

L’auteur :

Jean-Philippe Jaworski

 

precédent2