Prendre du recul

Caché aux yeux de tous par une forêt d’épineux, plongé dans une pénombre aux relents mystiques, Allir inspira profondément, les paupières closes. Puis expira son irritation. Le calme du voyage récent et les murmures de Voliette lui avaient permis de réaliser son insanité. Depuis sa visite de Méaknar, son esprit refusait de voir clairement.
Face à la profondeur des lieux, il s’avoua la vérité. Contempler la ruine de structures anciennes sous l’effet des âges, des intempéries et des guerres passées rendait ces dernières riches d’histoires et d’intérêts. Mais la désolation nouvelle des cités volantes, née par l’irrespect, le vandalisme et l’appât du gain poignardait son âme avec une violence lancinante. Les mâchoires serrées, il reconnut sa part de responsabilité. Après tout, lui seul avait découvert comment pénétrer le bouclier qui les entourait.
Ainsi marqué par la tristesse et la culpabilité, puis durement frappé par ses maigres ventes, Monjrau avait mentionné cette étrange proposition. Tout s’était alors enchaîné. Trop vite. Trop imprécisément. Bambleck, le commanditaire inconnu. Les tenants et les aboutissants de l’affaire. Ce traître d’Aljère. Allir se noyait sans s’en apercevoir.
Il se frotta les yeux, espérant par là évacuer quelques soucis. Curieux, travailleur et passionné, la perspicacité et la chance de l’archilleur lui avaient toujours valu de tenir la place de pionnier. Sans concurrence directe ni réelle menace de la part d’imitateurs, ou de profiteurs. Aussi Allir peinait à trouver le bon rythme dans cette course folle, où tant de fouineurs se battaient à corps perdu. Tous s’échinaient à retrouver la trace du mage pour satisfaire un homme, et empocher la cagnotte promise. Lui-même ne cracherait pas sur une si belle somme, il l’avouait sans honte. Mais les conditions de travail lui déplaisaient. Il se sentait écrasé par la foule qui l’entourait. Cette même foule qui le pressait de ne pas se laisser dépasser. Ce qui s’avérait déjà trop tard.
Ignorant du nombre de concurrents qui le devançaient sur cette enquête, il savait toutefois qu’ils comprenaient Aljère. La rencontre avec ce dernier avait fait déborder le vase, le désarmant face à Bambleck, puis le poussant à agir stupidement, honteusement même.
L’archilleur se revit dans le laboratoire du mage, assommé par les événements récents, battu lors d’une lutte verbale, et tiraillé par la présence d’autres candidats. Sans prendre le moindre recul, il avait embrassé la salle du regard, ouvert quelques livres et subtilisé autant d’éléments que possible. Puisant dans le pouvoir de son anneau, il avait ensuite disséminé quelques étincelles sur des feuillets. Le feu n’avait pas tardé à se nourrir du papier, à grandir et à envahir toute la pièce, mangeant ainsi les pistes des prochains arrivants.
Impuissant face aux flammes, tous avaient fui au loin, Allir au même titre que les autres.
Désormais, apaisé par la forêt, il s’avoua ses torts et ses faiblesses. Puis, d’un hochement de tête décidé, il accepta pleinement et sereinement de participer à cette chasse à l’homme. Pour cela, il se devait d’agir avec calme et intelligence. Comprendre le mage et analyser ses études. Si les écrits volés dans son atelier n’avaient rien donné, encore Allir pouvait-il observer son lieu de travail. Heureusement, le pouvoir des arcanes pourrait l’aider en ce sens. Du moins, s’il parvenait à dénicher dans son sac l’Instant, aussi appelé l’anneau de l’oubli.

suivant2    

2 réflexions au sujet de « Prendre du recul »

Isabelle GeorgelinPublié le  5:10 - Juin 2, 2019

Les mages manquent de sagesse quand ils sont animés par leur importance!
Sans doute qu’ Allir va éviter ce piège…

n'hésitez pas à laisser un commentaire