Réveil difficile

« Il est mort. »

Mazy ouvrit les yeux et découvrit la pièce qui l’accueillait. Sommaire, mais spacieuse, elle offrait tout ce que le voyageur de passage pouvait espérer. La petite table ovale acceptait le poids de ses affaires, stoïque. Du bois couleur miel parait les murs séparés par de lourds piliers sculptés. Elle poursuivit, glissa sur le parquet ciré et trouva le propriétaire de la voix qui l’avait réveillée.

« Il est mort », répéta-t-il avec calme.

L’homme portait de riches habits à la fois sombres et radieux. Comme si l’ombre se mariait avec la lumière. L’égalité et le respect à l’état pur.

« Garguyme, appuya-t-il, il est mort. »

L’atmosphère de rêve qui berçait la guerrière fut soufflée alors qu’elle réalisait ce que disait le visiteur. Elle écarquilla les yeux et ouvrit la bouche. Muette.

Puis elle accueillit, les mâchoires serrées, les heurts subis lors du combat qui l’avait opposée à l’émissaire d’Ourkess. Les bleus. Les courbatures. Les estafilades. Le bras qui avait porté le bouclier désormais pulvérisé trembla.

« Il réapparaîtra, tôt ou tard. Il demeure immortel après tout, précisa-t-il avec calme. Mais d’ici là, sa folie, sa fourberie, ou que sais-je, dévorera le cœur des hommes. Il va falloir se préparer à essuyer de rudes épreuves, car sa caractéristique première sera mutilée, étirée, libre de tout filtre.

– Que voulez-vous de moi ? réussit à articuler Mazy, la gorge sèche. Vous êtes Armouth, c’est ça ? Le dieu des morts.

– Que tu achèves ce que tu as amorcé. »

Le temps s’étira, Mazy observa l’immortel, stupéfaite. Toujours sur le pas de la porte, il gardait sa posture droite, auguste. Cet être d’ombre et de lumière, cette aura satisfaite qui lui faisait face. Ce cocktail raviva sa force et sa fougue.

– Vous avez quitté votre demeure, juste pour me dire de poursuivre ? souffla-t-elle avec calme. Avec tout le respect que je vous dois, j’ai survécu à toutes les batailles, j’ai juré d’épouser Ourkess, j’ai battu le guerrier qu’il a dépêché. Garguyme s’est sacrifié pour ma quête. Seule la mort me fera céder ! Je me passerai de votre accord. »

Armouth sourit.

« Je crois saisir pourquoi il t’a aidé. Toujours est-il que grâce au triste geste d’Ourkess, tu as réussi à rallier plusieurs dieux à ta cause. De l’appui surgira lorsque le temps le voudra. Mais tout d’abord, repose-toi. »

La guerrière serra la mâchoire. Toute cette histoire la dépassait, glissait hors de sa maîtrise. Toutefois, recevoir l’aide des immortels semblait éclairer sa route. L’ombre et la lumière. Du pur Armouth.

« Merci, acquiesça-t-elle. »