Pour que vive la légende

Ce texte est ma deuxième tentative pour les éditions Histoire en histoires et cette fois, le thème du dragon était à l’honneur. Voilà un défi à relever. Ces créatures de rêves, de légendes et de merveilles aux milliards de possibilités. Qui n’a pas déjà entendu parler d’eux ? Ce thème m’a donc chargé d’un lourd fardeau, celui d’être à la hauteur de leur magnificence. J’espère l’avoir été avec Pour que vive la légende.

Je vous donnerai des nouvelles dès que j’en aurai.

Synopsis :

Imaginez un village paisible accueillant pour la première fois depuis longtemps un conteur. Cet étranger se voit invité pour la soirée dans l’auberge du coin, fierté de son propriétaire, en échange d’histoires et de légendes. C’est donc tout naturellement que l’une d’entre elles porte sur Arknotis Fend-les-cieux, le dernier représentant de sa race. Ainsi, sous les yeux d’un jeune architecte, ce dragon aux écailles aussi blanches et pures que la neige détruit les principaux bâtiments de la ville. Une seule possibilité pour les survivants, lui porter de l’or ou mourir. Ainsi, un homme courageux se désigne pour porter les chariots au dragon. S’en suit un combat épique au dénouement funeste. Mais pour qui ? Et cette légende n’est-elle pas que le produit de l’imagination d’un voyageur solitaire ?

 La vérité sera révélée.

precédent2

 

src= »http://yann-jacob.com/wp-content/uploads/2018/02/La_plume_du_behor_bas_page.gif » alt= » » width= »48″ height= »55″ />